viste a khor

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire... Lire la suite

viste a khor

Le dessalement: une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable
Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne... Lire la suite

viste a khor

Troisiéme Uisne de KMS: L’ouvrage de la sécurisation en 2020
Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour ... Lire la suite

Historique

EVOLUTION DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE URBAINE

1960-1971 : Gestion du service public de distribution de l’eau en milieu urbain par la Compagnie Générale des eaux filiale de la CGC France, suivant un Contrat d’affermage.
1971 : Création de la SONEES suite à la nationalisation du service public de l’eau. Cette dernière fut chargée de l’exploitation du service public de l’eau et de l’assainissement alors que l’Etat s’occupait du renouvellement du matériel d’exploitation ainsi que la maîtrise d’ouvrage des travaux d’extension et de renouvellement des ouvrages.
1983 : Concession du service public de l’eau à la SONEES.
1995-1996 : Réforme de première génération.

NOUVEAU CADRE INSTITUTIONNEL
En 1995, en vue de rechercher des solutions au déficit en eau de la région de Dakar et au manque d’équilibre du secteur de l’hydraulique urbaine et de l’assainissement, une réforme institutionnelle a été mise en œuvre par l’éclatement de l’ex-Société Nationale d’Exploitation des Eaux du Sénégal (SONEES) qui a été divisé en trois entités :
  • La SONES est chargée de la gestion du patrimoine de l’hydraulique urbaine, du contrôle de la qualité de l’exploitation et de la sensibilisation du public ;
  • La SDE est chargée de l’exploitation des installations, de l’entretien de l’infrastructure et du matériel d’exploitation, du renouvellement du matériel d’exploitation ainsi que d’une partie du réseau de distribution d’eau potable ;
  • L’ONAS est chargé du développement et de l’exploitation des infrastructures et équipements du secteur de l’assainissement collectif et autonome des eaux usées et excréta et du drainage des eaux pluviales.
Cependant, l’Etat définit la politique sectorielle, gère les ressources en eau, élabore le cadre législatif et réglementaire et approuve la politique tarifaire.

Projets en cours

viste a khor

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire... Lire la suite

viste a khor

Le dessalement: une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable
Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne... Lire la suite

viste a khor

Troisiéme Uisne de KMS: L’ouvrage de la sécurisation en 2020
Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour ... Lire la suite

Defis futur

viste a khor

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire... Lire la suite

viste a khor

Le dessalement: une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable
Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne... Lire la suite

viste a khor

Troisiéme Uisne de KMS: L’ouvrage de la sécurisation en 2020
Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour ... Lire la suite

Reponse du Present

PROGRAMME D'URGENCE AEP DAKAR 2014-2015
OBJECTIFS Production suplementaire de 60 000 metres cube par jour à Dakar
FINANCEMENT 7.5 MDS FCFA environ 11 Million d'euro
BAILLEURS Préfinancement SDE / Remboursement ETAT
ACTIONS REALISEES
  • PHASE 1: Objectifs Realisation de 14 forages avec un débit total de 40 700 metres cube à fin juin 2015
    9 forages réalisés et mis en service avec un débit total de 38020 metre cube par jour soit 91 %
  • PHASE 2: Objectif realisation de 7 forages avec un debit total de 20 200 metres cube à fin Décembre 2015
La SONES assure la maitrise d'ouvrage et la maitrise d'oeuvre du programme.
PROCHAINES ETAPES Obtenir les 60 000 metre cube par jour en fin Décembre 2015
ECHEANCE Décembre 2015
PROGRAMME COMPLÉMENTAIRE D´URGENCE AEP DAKAR : REPONSES DU PRESENT
OBJECTIFS Realisations de 7 forages à TASSETTE ( production suplementaire de 20 000 metres cube par jour )
FINANCEMENT 14 MDS FCFA environ 21 Million d'euro
BAILLEURS IDA
ACTIONS REALISEES
  • Etudes APS, APD terminées
  • DAO provisoires
PROCHAINES ETAPES Lancement des appels d'offres en octobre-novembre 2015
ECHEANCE 2018

Introduction au QSE

La SONES, société publique de référence en matière d’hydraulique urbaine et périurbaine se veut exigeante et performante. Cela s’est traduit par la mise en place d’une démarche qualité sanctionnée par la certification à la norme ISO 9001 V 2008 depuis le 30 décembre 2010.
Aujourd’hui, le souci d’assurer la pérennité financière de notre entreprise, d’optimiser l’utilisation des ressources, de garantir en permanence la santé / sécurité de notre personnel et la protection de l’environnement tout en respectant les exigences de nos clients mais également les exigences légales et réglementaires, justifie notre volonté de faire évoluer le Système de Management de la Qualité de la SONES vers un Système de Management Intégré QSE (Qualité-Sécurité-Environnement).

QU’EST-CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT INTEGRE (QSE) ?

Aujourd’hui dans un contexte de mondialisation des marchés et face à un rythme des changements accélérées les entreprises performantes tout en cherchant à fournir à leur clients des produits ou services conformes à leurs exigences, visent également à leur garantir une éthique environnementale et sociale. Elles sont amenées à prendre des risques certes mais pas en matière d’environnement, de santé et sécurité du personnel car le prix à payer serait trop élevé et l’image de l’entreprise trop fragile. Le QSE est une vue moderne du management de l’entreprise, une façon forte et formelle de placer le client, le personnel et l’environnement au cœur des préoccupations quotidiennes des managers. C’est aussi et surtout une manière structurée de manager des risques et de s’engager de manière irréversible dans une logique d’amélioration continue.
La mise en œuvre d’un système QSE garantit la prise en compte de la dimension environnementale et sociale dans la recherche de satisfaction client : il faut satisfaire le règlement, en respectant l’environnement et dans un souci permanent de santé et sécurité des personnes au travail.

QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES ?

ENJEUX « QUALITE »
  • Conserver ses clients ;
  • Créer des avantages concurrentiels ;
  • Etre plus compétitif ;
  • Faire des « économies ».
ENJEUX « ENVIRONNEMENT »
  • Rassurer ;
  • Un engagement « citoyen » ;
  • Eviter les sanctions pénales et administratives ;
  • Prévenir les risques de pertes liées aux accidents ;
  • Faire des économies, économiser des ressources.
ENJEUX « SANTE/SECURITE »
  • Eviter les sanctions pénales et administratives ;
  • Rassurer ;
  • Prévenir les conséquences liées aux accidents (image financiers) ;
  • Fidéliser son personnel.

Reponse du present

viste a khor

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire... Lire la suite

viste a khor

Le dessalement: une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable
Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne... Lire la suite

viste a khor

Troisiéme Uisne de KMS: L’ouvrage de la sécurisation en 2020
Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour ... Lire la suite

Contact

viste a khor

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire... Lire la suite

viste a khor

Le dessalement: une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable
Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne... Lire la suite

viste a khor

Troisiéme Uisne de KMS: L’ouvrage de la sécurisation en 2020
Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour ... Lire la suite

Nos Realisations

  1. Objet
    • Résorber le déficit de production de 40 000 m³/jour dans la région de Dakar.
  2. Consistance des travaux
    • Réhabilitation et agrandissement de l’usine de traitement d’eau potable de Ngnith pour une capacité finale de 64 000 m3 par jour ;
    • 11 nouveaux forages dans le littoral nord pour un volume total de 35 000 m3 /jour ;
    • Doublement de la conduite ALG sur 155 km entre Guéoul et Dakar (DN 1200/1000) ;
    • 1 réservoir de stockage de 25 000 m3 aux Mamelles ;
    • 5 stations de chloration ;
    • 721 km d’extension de réseaux ;
    • 138 km de renouvellement de canalisations ;
    • 58 649 branchements sociaux ;
    • 400 bornes fontaines.
  1. Objet
    • Accroitre la production d’eau dans la capitale de 130 000 m³/j.
  2. Consistance des travaux
    • usine de traitement à Keur Momar SARR ;
    • Doublement conduite Lac de Guiers ;
    • surpresseur à Mékhé ;
    • conduite de ceinture pour la Banlieue ;
    • Renouvellement de la conduite BONNA ;
    • surpresseur à Carmel ;
    • 87 800 branchements sociaux.
  1. Objet
    • Passer la production de 6400 à 16 000 m³/jour en deuxième phase.
  2. Consistance des travaux
    • 7 nouveaux forages et 5 réhabilités ;
    • 1 château d’eau de 3200 m³ à Mbour et 1 à 650 m³ à Joal ;
    • 1 sur presseur pour Joal ;
    • 1 réservoir de 300 m³ au sol de Popenguine ;
    • 223 km d’extension et de densification de réseaux de production et de distribution ;
    • 4920 branchements sociaux.
  1. Objet
Renforcer la capacité de production et de distribution pour satisfaire les besoins en eau potable, jusqu’à l’horizon 2010, des populations des villes de Richard, Rosso, Dagana, Podor, Matam, Bakel et Kédougou situées le long des fleuves Sénégal et Gambie.
  1. Consistance des travaux
    • 3 stations de traitement d’eau potable à Richard-Toll / Rosso (4000 m³/jour),Dagana (1300 m³/jour) et Podor (1300 m³/jour) ;
    • 3 forages à Matam, Bakel et Kédougou ;;
    • 9 châteaux d’eau (450 m³ à 150 m³) ;
    • 115 km de réseaux d’adduction et de distributions ;
    • 135 bornes fontaines ;
    • 3 416 branchements sociaux.
  1. Objet
Satisfaire les besoins en eau potable, jusqu’à l’horizon 2020, des populations de 11 centre affermés au niveau des régions de Thiés ( Thiadiaye et Khombole), Fatick ( Gossas, Guinguinéo et Sokone), Kaolack (Kaffrine Nioro et Ndoffane), Kolda (Vélingara) et Zinguinchor (Bignona et Oussouye).
  1. Consistance des travauxConsistance des travaux
    • 19 forages ;
    • 11 châteaux d’eau ;
    • 204 km d’extension réseaux d’adductions et distributions ;
    • 1 station de dé fluoruration à Thiadiaye ;
    • 80 bornes fontaines ;
    • 3 840 branchements sociaux.
PROGRAMME D’URGENCE 2014-2015

Réalisation de 14 nouveaux forages assurant une production supplémentaire de 40 700m3/j
Programme d’urgence AEP Dakar 2014-2015 : Réception du forage PK2bis de Pout pour un débit de 200m3/h, soit un volume additionnel de 4 400m3/j pour l’AEP de Dakar.

STATION POMPAGE
Station de Carmel

Station de carmel de 12 800m3/h à 68 m pour augmenter la capacité de transite des ALG en aval des réservoirs de Thiès de 185 000 m3/j à 300 000 m3/j pour l’AEP de Dakar.
Ouvrage réalisé dans le cadre de la 2ème Phase du volet production du Programme Eau à long terme dans son volet production.

STATION DE DEFERRISATION DU PK4

Station de deferrisation et pompage du site de PK4 de capacité 5 000 m3/j pour l’AEP de l’AIBD et de la ZESID dans le cadre du programme connectivite de cette zone.

Textes reglementaires



Consulter les Textes Législatifs | Réglementaires & Conventionnels


CERTIFICATION ISO

Mot du DG

Monsieur Charles FALL Directeur Général de la SONES

A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal s’est engagé à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Dans le secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire a été défini pour la mise en œuvre de cet engagement. Cheville ouvrière de l’Hydraulique Urbaine, la SONES est en train de réaliser :

  • Dix-sept (17) forages dans les principaux centres urbains dont les travaux sont terminés et les équipements en cours ;
  • Deux (2) usines de traitement dont une à Ziguinchor et une autre à Saint-Louis qui seront mise en service en 2015 ;
  • Dix-sept (17) Châteaux d’eau pour améliorer la qualité du service dans les villes de Ziguinchor, Tambacounda, Bakel, Koungheul, Kaolack, Diakhao, Fatick, Popenguine, Somone, Thiès, Pire, Kébémer, Louga, Dahra, Saint-Louis et Dakar dont six (6) sont déjà réceptionnés ;
  • 685 km d’extension de réseaux réalisés, pour atteindre les populations des quartiers défavorisés;
  • 45 600 branchements sociaux pour étendre l’accès à l’eau potable aux populations les plus démunies ;
  • Un effort important a été consenti pour renouveler environ 200 km de canalisation afin de réduire les fuites d’eau et préserver ainsi ce liquide précieux.

Malgré tous ces efforts, des difficultés dans la distribution d’eau ont été ressenties par les populations dakaroises durant la période de pointe 2014, notamment en juin et juillet. Il est clair que la croissance galopante de la population à Dakar et la politique volontariste des branchements sociaux subventionnés menée par l’Etat y ont beaucoup contribués.
Pour remédier à cette situation, sur proposition du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, nous sommes entrain de faire réaliser un programme d’urgence de sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar, sur financement de l’Etat à hauteur de 7,5 milliards, qui permettra de mobiliser, début 2015 une production supplémentaire de 40 000 m3/j auquel viendront s’ajouter 20 000m3/j en décembre 2015.

Pour mobiliser ce volume de 60 000m3/j, vingt et un (21) forages ont été identifiés dans la zone du Littoral Nord, de Pout et de Dakar, les marchés ont été passés et la réalisation de travaux a démarré.
Parallélement à cela un programme de sécurisation du principal système d’alimentation en eau potable de Dakar permettra, sur un financement de 6,5 milliards par l’Agence Francaise de Développement, de changer les pompes de refoulement de l’usine de Ngnith, d’améliorer la qualité de l’alimentation électrique de la station de Traitement de KMS, de multiplier les secours sur les points névralgiques et de sécuriser les conduites de refoulement..

Au-delà de cette urgence, une vision claire et partagée a été définie pour relever les défis à venir. En ce qui concerne Dakar et la petite-Côte, qui concentrent plus de soixante-dix pourcent (70%) de la demande en eau potable, une feuille de route a été élaborée. Elle précise les investissements à réaliser et qui permettront de satisfaire de façon durable la demande en eau potable.
Ainsi, de 2015 à 2017, les programmes d’investissements suivants vont démarrer :
La réalisation pour la banlieue Dakar sur financement de la BOAD, d’une usine de déferrisation d’une capacité de 40 000m3/j pour l’enlèvement de l’excès de fer, principale cause de la coloration de l’eau ;

  • La construction d’une usine de déssalement d’eau de mer de capacité 50 000m3/j sur la petite-Côte en PPP pour accélérer sa mise en œuvre ;
  • La réalisation sur financement de la banque Mondiale d’un programme de 7 forages dans le casier de Tassete pour un volume additionnel de 20 000m3/j destiné à l’alimention en eau potable de Dakar;
  • Le renforcement de l’axe Mbour Mbodiène et l’incorporation du centre de Guékokh ;
  • La construction d’une troisième usine de traitement sur le Lac de guiers à Keur Momar Sarr pour une capacité de 100 000 m3/j extensible dont les intensions de financement acquises à 50% auprès de l’Agence Francaise de Développement et de la banque Européene d’Investissement. Les démarches sont entreprises pour boucler le gap de financement ;
  • La construction d’une usine de déssalement d’eau de mer aux Mamelles d’une capacité de 75000m3/j extensible à 100 000m3/j sur financement du Japon. Les études vont démarrer en Janvier 2015 et la construction sera bouclée en 2019.

Dans les centres de l’intérieur, l’achévement des travaux du programme d’investissement prioritaire du Programme Eau Potable et Assainissement pour le Millenaire (PEPAM) en 2015, permettra d’augmenter la capacité de production de 37 000m3/j. C’est dans cette perspective que s’inscrit le défi d’une amélioration de la qualité de l’eau distribuée.
Dans un souci constant d’amélioration de la qualité du service, la SONES va réaliser, d’ici 2017, pour un montant de 7,345 milliards sur financement de la BOAD :

  • Deux (2) usines à Kaolack et une (1) autre à Fatick pour le traitement de l’excés de fluor et de sel contenu dans l’eau ;
  • une (1) usine de traitement à Koungheul pour enlever l’excés de fer contenu dans l’eau.

Aussi la réalisation de nouveaux forages de stations de traitement, la construction de châteaux d’eau et l’extension du reseau de distribution vont améliorer la qualité de service dans les villes de Kédougou, Kolda, Kaffrine, Sédhiou, Popenguine et Mbodiéne et permettra de satisfaire les besoins touristique dans la zone de la petite-côte.
Toutes ces réalisations seront accompagnés, en 2015, d’un nouveau programme de 35 000 branchements sociaux destinés à l’accès à un service d’eau potable des couches les plus démunies des centres urbains aussi et des cités religieuses.
Enfin, pour renforcer l’alimentation en eau des zones de maraîchage, particulièrement dans les Niayes, la reprise du pompage des forages de Thiaroye permettra d’affecter en 2015 un volume additionnel de 13 000m3/j au réseau d’irrigation de Beer Thialane.
En outre, ce pompage contribuera très sensiblement, à lutter contre les inondations à Guédiawaye, Thiaroye, Pikine, Yeumbeul, par le biais du rabattement de la nappe et permettra de mettre en adéquations les types de demande et les besoins specifiques en eau.
Au demeurant, des mesures idoines seront prises pour garantir la stabilité de l’équilibre financier de la SONES et les réformes essentielles seront effectuées dans le but de garantir sa pérennité.

Auditeurs des Processus

Pilotes de processus

M. Modou THIAM / RQSE : Processus Management Qualité (P.M.Q)
M. Khalifa FAYE / CCG : Processus Contrôle Général (P.C.G)
M. El Hadj Ada NDAO / DTX : Processus Gestion de Projet (P.G.P)
Mme. Fatou NDIAYE / DPE : Processus Planification (P.P.L)
M.Birame Maguette LEYE / DCE : Processus Contrôle du Fermier (P.C.F)
M. Abdourahmane NDIAYE / DFC : Processus Gestion Financiére (P.G.F)
M. Médoune DIAGNE / DCH : Processus Gestion des Ressources Humains (P.G.R.H)
M. Ibra DIAGNE / DPMG : Processus Gestion des Infrastructures Achats et Approvisionnement (P.G.I.A.A)

Pilote des Processus

Pilotes de processus

M. Modou THIAM / RQSE : Processus Management Qualité (P.M.Q)
M. Khalifa FAYE / CCG : Processus Contrôle Général (P.C.G)
M. El Hadj Ada NDAO / DTX : Processus Gestion de Projet (P.G.P)
Mme. Fatou NDIAYE / DPE : Processus Planification (P.P.L)
M.Birame Maguette LEYE / DCE : Processus Contrôle du Fermier (P.C.F)
M. Abdourahmane NDIAYE / DFC : Processus Gestion Financiére (P.G.F)
M. Médoune DIAGNE / DCH : Processus Gestion des Ressources Humains (P.G.R.H)
M. Ibra DIAGNE / DPMG : Processus Gestion des Infrastructures Achats et Approvisionnement (P.G.I.A.A)

Cartographie des Processus

Consulter les Processus


Troisieme Usine de Keur Momar (KMS 3)

KMS 3 :L’ouvrage de la sécurisation en 2020

Lorsque la troisième usine de traitement d’eau de Keur Momar Sarr sera fonctionnelle, l’eau coulera des robinets 24 heures/24 et les déficits déserteront les ménages, entreprises et bornes-fontaines. KMS 3 aura donc injecté 200.000 mètres cubes par jour dans le réseau. Voilà l’objectif que se fixe la Société nationale des Eaux du Sénégal (SONES) à l’horizon 2019-2030.

En 2020, cet impact positif touchera 500.000 personnes et 2.000.000 en 2025. 610.000 personnes supplémentaires seront connectées au réseau. Les nappes souterraines seront, à partir de 2019, préservées d’une surexploitation. Un souffle de sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar se répandra sur Dakar qui, à elle seule, consomme 70% de la production d’eau du périmètre affermé. Pourtant, depuis le début de la réforme en 1995, elle a bénéficié d’importants investissements notamment :

  • le Projet Sectoriel Eau (PSE, 1998 - 2000) d’un montant de 115 MDS permettant de mobiliser 60.000 m3/j supplémentaire à Dakar grâce à la rénovation de l’usine de traitement de Ngnith et à la réalisation de 11 nouveaux forages ;
  • le Projet Eau à Long Terme (PLT, 2004 - 2008) d’un montant de 85 MDS permettant l’accroissement de la production de 130.000 m3/j grâce à la construction de l’usine de traitement de Keur Momar Sarr.

Malgré ces réalisations, plusieurs défis restent à relever. La crise de l’eau en 2013 a été édifiante à plus d’un titre. Pour anticiper, des solutions ponctuelles ont été préconisées : le Programme d’urgence. Celui-ci corrige, pendant les périodes de pointe (forte chaleur, consommation importante), les vulnérabilités du système d’Alimentation en Eau potable de Dakar. En 2015, l’objectif a été de réaliser des forages pour résorber le déficit de 60.000 mètres cube. Il y a également, dans le cadre d’un programme complémentaire d’urgence AEP de Dakar, la réalisation de sept forages à Tassette pour une production supplémentaire de 20.000 mètres cube par jour et la réalisation d’une conduite de transfert vers de nouvelles réserves à réaliser sur collines de Thiès. Cette diversification s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux programme d’investissements sur financement de la Banque mondiale dans le cadre de son nouveau programme dénommé PEAMU (Programme Eau et Assainissement en milieu urbain) qui comprend également :

  • La réalisation et l’équipement de sept nouveaux forages à Tassette pour une production de 20.000 m3 par jour.

La troisième usine de Keur Momar Sarr, sur le Lac de Guiers, aura une production supplémentaire de 100.000 mètres cube par jour en première phase et 200.000 mètres cube par jour en deuxième phase à destination de Dakar. En outre, seront réalisés 85 000 branchements sociaux pour les plus démunis.
Les deux stations de Ngnith et Keur Momar Sarr, également situées dans le périmètre du Lac Guiers, ont une capacité cumulée de 185.000 mètres cube par jour pour des besoins de près de 395.000 mètres cube par jour. Installées sur le littoral, des stations de traitement et de pompage d’eau de surface et d’eau souterraine complètent le dispositif pour une production de 350.000 mètres cube par jour.
Les intentions fermes de financements, pour près de 250 milliards CFA, ont été reçues auprès de nos partenaires techniques et financiers, notamment l’AFD, la BEI, la BID, la Banque mondiale et la BAD.

Deferisation ? Fatick, Kaolack et Kounghuel

Enlever le fer et le fluor de cette eau déjà potable

    Il y a les objectifs liés à la production afin de faire face à la demande. Il y a également l’amélioration de la ressource, malgré les niveaux de potabilité certifiés par des cabinets. La SONES construira des usines de traitement du fer et du fluor dans les extensions de Dakar, à Fatick, Kaolack et Koungheul.

Le service public de référence en matière d’Hydraulique est récompensé par la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) avant l’échéance de 2015. Les statistiques de l’année 2013 montraient que les OMD ont été atteints pour ce sous-secteur de l’Hydraulique. Le taux préférentiel d’accès à l'eau potable en milieu urbain se situe à :

  • 100% pour Dakar urbain ;
  • 88,2% pour la zone péri-urbaine et rurale de Dakar ;
  • 79,2% pour les centres urbains de l’intérieur.

Le secteur maintient le rythme de réalisation d’ouvrages pour l’accès à l’eau en le combinant à des initiatives destinées à améliorer la qualité du produit tiré des eaux souterraines. La SONES va réaliser :

  • trois usines du traitement du fluor à Kaolack ;;
  • une usine de traitement du fluor à Fatick (le fluor donnait une coloration aux dents des natifs de ces et le fer altérait l’apparence de l’eau). Cette usine aura une capacité de 150 m3/h sur financement de la BOAD. La forte teneur en chlorures donnait une coloration ocre aux dents des ressortissants de ces localités ;
  • une usine de déferrisation à Koungheul.

La SONES construira également une station de déferrisation dans les extensions de Dakar. Cet ouvrage aura une capacité de 40.000 mètres cube par jour. En 2017, cet ouvrage permettra d’enlever l’excès de fer, principale cause de la coloration de l’eau. Le volume de l’eau produite par les forages de Pout et de Sébikotane sera revu à la baisse. Deux forages seront construits et deux autres réhabilités.

USINE DE DESSALMENT D'EAU DE MER

LE DESSALEMENT :une nouvelle source d’approvisionnement en eau potable pour Dakar

Le dessalement, ce sera la bonne saveur de la diversification. L’échéance est fixée à 2021. Face aux nouveaux besoins exprimés par les populations des centres urbains, la diversification des sources d’eau potable se présente comme une bonne perspective. La diversification constitue une réserve stratégique. L’eau de mer est une option fondamentale pour la SONES, dans la réalisation des objectifs de l’Etat du Sénégal dans le sous-secteur de l’Hydraulique urbaine. Dans le cadre de la diversification, la Société nationale des Eaux du Sénégal construira deux unités :
une usine de dessalement d’eau de mer sur le site des Mamelles d’une capacité de 50. 000m3 par jour extensible à 100.000m3 jour sur financement de la JICA. Les études ont démarré depuis janvier 2015 et la mise en service est prévue en 2021. Il y aura le renouvellement de 460 kilomètres de réseaux de distribution de Dakar. La mission de pré-évaluation du bailleur a été effectuée du 24 août au 03 septembre 2015. L’évaluation du projet par le Bailleur se fera en décembre 2015 et la signature de la convention de financement en mars 2016;
une usine de dessalement d’eau de mer d’une capacité 50.000m3 par jour sur la Grande Côte en Partenariat Public-Privé et la mise en service est prévue en 2019; la procédure pour le recrutement de l’opérateur est en cours en relation avec la Société financière internationale (SFI).

OBJECTIFS Production suplementaire de 50 000 à 100 000 metres cube par jour à Dakar
Renouvelment de 460 km de reseau de distribution de Dakar
FINANCEMENT 135 MDS FCFA environ 206 Million d'euro
BAILLEURS JICA
ACTIONS REALISEES
  • Site du projet classé d'utilité publique
  • Etude de faisabilité terminée
  • Etude bathymetrique, de courantologie et environnementales démarrées
  • Mission de pré-évaluation du bailleurs effectué du 24 Aout au 30 septembre 2015
La SONES assure la maitrise d'ouvrage et la maitrise d'oeuvre du programme.
PROCHAINES ETAPES
  • Evaluation du projet par le bailleur en decembre 2015
  • Signature convention de financement en Mars 2015
  • Lancement des appels d'offres à partir de septembre 2017
  • Démarrage des travaux à partir de janvier 2018
ECHEANCE 2021

EAU POTABLE

PROGRAMME EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DU MILLENAIRE–VOLET URBAIN
  • FINANCEMENT : 41 Milliards FCFA
  • Bailleurs : AFD/BEI/UE/BOAD/SONES
  • ANNEE : 2010 -2015
  • PRODUCTION : 37 000 m3/j supplémentaire
  • 68600 Branchements sociaux
  • Taux Desserte, Dakar 100% ; Région 96%
Réalisations :
14 forages sur 17 terminés
12 CE en cours de réalisation, 3 terminés sur 17 CE
43600 BS réalisés sur 68600
Extension de réseau en cours (644 km à réaliser)
Renouvellement réseaux en cours

AEP DAKAR

Programme d’urgence AEP Dakar
  • FINANCEMENT : 2,1 Milliards FCFA
  • Bailleurs : SONES
  • ANNEE : 2012 -2014
  • PRODUCTION : 34 500 m3/j supplémentaire à Dakar
  • 10 Forages à réaliser
  • Optimiser production Ngnith
Réalisations :
Développement Forage F1 Guéoul terminé (2680 m3/j) ; Equipement en cours.
Forage FLN11 terminé mais à reprendre compte tenu du faible débit
Forage FLN11 terminé mais à reprendre compte tenu du faible débit
Equipement Kelle 4 en cours, achèvement prévu le 12 janvier (3080 m3/j)
Forage PK2 terminé (200 m3/h sur 100 m3/h prévu)
Forage PN13 terminé (200 m3/h sur 190 m3/h prévu)
Foration en cours : FLN6
PROBLEMATIQUES DE L’AEP DE DAKAR :

Organisation

La SONES (Société Nationale des Eaux du Sénégal) est une société de patrimoine. Elle a été créée par la loi n°95-10 du 07 Avril 1995 portant réforme du sous-secteur de l’Hydraulique Urbaine. La réforme a conduit à la disparition de la Société Nationale d’Exploitation des Eaux du Sénégal (SONEES) en charge de la production, de la distribution d’eau potable et de l’assainissement des eaux usées au profit de trois nouvelles entités dont la SONES

Mission
Gestion du patrimoine
  • Sécurisation du patrimoine foncier et immobilier
  • Suivi physique et comptable des biens
Programmation des investissements
  • Réalisation des études et planifications
  • Recherche de financements
  • Maîtrise d’ouvrages et maîtrise d’œuvre des travaux de renouvellement et d’extension de l’infrastructure
Information et Sensibilisation du public à l’économie de l’eau
Contrôle de la Qualité de l’exploitation
  • Contrôle de la qualité de l’eau
  • Contrôle de la qualité du service public de l’eau
  • Contrôle de la performance du fermier

Organigramme de la sonnes

FORAGE DE THIAROYE

Déconnexion des forages de Thiaroye
  • FINANCEMENT : 6,5 Milliards FCFA
  • Bailleurs : UEMOA
  • ANNEE : 2013 – 2014
  • PRODUCTION : 16 000 m3/j destinés aux maraîchers
  • 6 forages à réaliser, 4 à réhabiliter
  • 1 réservoir de 3200 m3
  • 27 km de conduite d’adduction
  • Equipement forages + station de pompage de 800 m3/h
Réalisations :
Marché conduite d’adduction signé et OS démarrage le 08 janvier 2014.
Marché Forages signé, immatriculation en préparation
Marché Forages signé, immatriculation en préparation
Reprise évaluation réservoir 3200 suite décision ARMP
Attente ANO DCMP sur attribution « Equipement forages »

Revu sectoriel 2016

OMD
Sénégal : évolution du taux d’accès à l’eau potable en milieu rural L’inventaire national des points d’accès à l’eau potable au premier trimestre de 2015 a été mis en œuvre sur 15.992 localités avec l’appui des dispositifs décentralisés de collecte des données composés de différents services régionaux, départements, locaux et des collectivités locales.
Après exploitation des données, il en ressort que le taux d'accès amélioré global à l'eau potable en milieu rural s’établit en 2015 à 86,6% contre 84,1% en 2014 ; ce qui donne une progression satisfaisante de l’accès à des points d’eau modernes avec une hausse de 2,5 points.
La performance est très satisfaisante même si elle reste un peu inférieure à la période antérieure où la progression interannuelle était de +3,5 points.
En intégrant les statistiques sur les réalisations nouvelles d’infrastructures d’accès à l’eau enregistrées en 2015, le taux d’accès global à l’eau potable pour décembre 2015 est estimé à 87,2%.

Telecharger le document entierOMD

JEUNE AFRIQUE PARLE DE L'USINE DE DESSALEMENT DE LA SONES

OMD
Le Japon prévoit 200 millions d’euros pour une usine de dessalement à Dakar 15 juin 2016

En visite à Dakar, le président de l’Agence de coopération internationale japonaise (JICA) a annoncé un prêt de 135 milliards de F CFA (205 millions d'euros).
L'un des grands projets d’hydraulique urbaine du pays, l’unité de dessalement d’eau de mer près de Dakar, devra sécuriser l’approvisionnement la capitale sénégalaise pendant
Annoncée en janvier dernier parmi les grands projets d’hydraulique urbaine du président Macky Sall lors de son message du Nouvel an,
l’unité de dessalement d’eau de mer prend progressivement forme.
Shinichi Kitaoka, le président de l’Agence de coopération internationale japonaise (JICA) en visite cette semaine à Dakar,
a annoncé un financement de 135 milliards de F CFA (environ 205 millions d’euros). Le financement japonais consiste en un prêt concessionnel au taux de 0,7 %, échelonné sur une durée de 30 ans, avec un délai de grâce de 10 ans. La capacité de cette usine de dessalement, la première de cette envergure au Sénégal, sera dans un premier temps de 50 000 mètres cubes par jour (m3/J), avant d’être portée à 100 000 mètres cubes par jour. La réhabilitation de 460 km du réseau de distribution de la capitale d’eau est également prévue. Les travaux de la station, implantée dans la zone résidentielle des Mamelles, sur la corniche ouest de Dakar, démarreront en janvier 2019, pour être finalisés en 2021. L’infrastructure contribuera, avec le projet Keur-Momar-Sarr 3 (KMS3), à « sécuriser l’approvisionnement en eau potable de la capitale pour 20 ans au moins » avait assuré Macky Sall en fin d’année. Explosion démographique

La capitale sénégalaise consomme près de 70 % de la production de la Société des Eaux (SDE),
filiale du groupe énergétique africain Eranove, est aujourd’hui en proie à une vraie explosion démographique. L’unité de dessalement et le projet KMS3 répondent aux solutions structurelles préconisées par le gouvernement sénégalais via la Société nationale des eaux (Sones), dédiée au patrimoine et à l’investissement.
« Le projet arrive dans un contexte où la capitale Dakar pourrait être confrontée d’ici 2025,
à un déficit d’eau potable de l’ordre de 200 000 m3/J et de 390 000m3/J en 2035 »,
a indiqué à Jeune Afrique Ada Ndao, directeur des études et de la planification à la Sones.
Par ailleurs, le financement de KMS3 est déjà bouclé, à hauteur de 263 milliards de FCFA (400 millions d’euros).
Le tour de table est composé de la Banque islamique de développement (BID),
de l’Agence française de développement (AFD), de la Banque mondiale (BM), de la Banque européenne d’investissement (BEI),
de la Banque africaine de développement (BAD) et de l’État du Sénégal.
Fin 2014, le montant des projets du Jica en cours au Sénégal atteignait 3,4 milliards de yens (28 millions d’euros), soit 2,9 % du total des programmes de l’agence de coopération japonaise en Afrique.

Chateau d'eau et station de Khor

L’Union européenne sur les chantiers du PEPAM à Saint-Louis.

Lundi 07 décembre 2015, une délégation de l’Union européenne a visité les chantiers du PEPAM dans le département de Saint-Louis : le château d’eau de Leybar, à l’entrée de la ville, et la Station de Traitement de Khor, à la sortie. Conduite par Monsieur le Directeur Général, Charles FALL, l’équipe de la SONES comportait Madame Fatou NDIAYE, Directrice des Travaux, MM. Malick SO, Chargé de Missions Etudes et Travaux, Abdou Diouf, Chef de Projets/Responsable des Travaux dans la Zone Nord.

viste a khor
viste a khor

Sur les deux sites, Mme Fatou NDIAYE, Directrice des Travaux, a fait une brève introduction. Par la suite, M. Abdou DIOUF, Chef de Projets/Responsable de la Zone Nord, a procédé à une présentation des ouvrages et leur impact dans le système d’alimentation en eau potable de Saint-Louis.

La construction du château d’eau - est presque bouclée. L’entreprise en est à la phase des finitions. Elle prévoit la fin des travaux (sans la décoration) à la fin de cette année. Cet ouvrage résoudra les problèmes d’accès au service dans des zones comme Pikine et Sor.

Le défi est d’assurer, en permanence, la disponibilité de la ressource. « Nous sommes en bout de réseau, avec de nouveaux lotissements », a expliqué le Directeur Général, Charles Fall, pour renseigner sur l’importance de cet ouvrage.

Les chantiers d’extension de la station - de Khor constituaient le second volet de cette visite : extension du pompage de l’eau brute sur le fleuve, à Bango et le traitement à Khor pour alimenter le château d’eau de Leybar d’une capacité de 1500 m3, situé à 7,5 kilomètres. Cet ouvrage permettra d’augmenter la capacité de stockage, l’amélioration de la filière de traitement sans compter la réhabilitation des filières existantes. Il vient en appoint aux réservoirs de Sor (2000 mètres cube) et de Ngallèle (500 mètres cube).

Devant les bailleurs, la Direction Générale a insisté sur la prise en compte des paramètres matériels (équipements à acquérir) et le facteur temps (un planning rigoureux sera tenu pour un suivi quotidien).

viste a khor
viste a khor

Chateau d'eau et station de Khor

Inaugurations d'ouvrages à Dahra et Ndiock Sall : Societe Nationale des Eaux du Sénégal
DAHRA ETRENNE SON CHATEAU D’EAU D’UNE CAPACITE DE 500 M3.
Mansour Faye, Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement :
« Un espoir naît à Dahra, au cœur du Ferlo »

Dahra a étrenné, jeudi dernier (5 novembre 2015), un château d’eau de 500 mètres cube. Cet ouvrage a été inauguré hier par le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Monsieur Mansour Faye, qui avait à ses côtés le Directeur Général de la SONES, Monsieur Charles Fall, le Coordonnateur Technique Abdoul Niang, la Directrice des Travaux Mme Fatou Ndiaye, MM. le Directeur de la Planification et des Etudes El Hadj Ndao, Abdou Diouf, Chef des Projet/Zone Nord, Malick So, Chargé de Missions Etudes et Travaux. Cette équipe a été rejointe, vingt-quatre heures plus tard, par M. Arona Sow pour les besoins du CRD sur l’alimentation en eau potable des villages situées autour du Lac de Guiers.

UNE DEMANDE POPULAIRE - « Grâce à cet ouvrage mis en service dans les délais, un espoir nouveau naît à Dahra, au cœur du Ferlo » : cette déclaration de Monsieur le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Monsieur Mansour Faye, est à la mesure de l’impact social positif du château d’eau à l’inauguration duquel il a procédé jeudi 5 novembre 2015, à Dahra. L’ouvrage est conçu par la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES) qui s’est attaché les services de l’entreprise SADE dans le cadre du Programme Eau et Assainissement (PEPAM).

SOLUTION TECHNIQUE - Le Directeur général de la SONES, Monsieur Charles Fall, a souhaité la bienvenue à Monsieur le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement en saluant la réception d’un ouvrage comme une réponse aux aspirations populaires. Société de patrimoine, l’institution qu’il dirige, selon lui, accorde une oreille attentive aux demandes populaires, dans le cadre de la politique de l’Etat. Il prône la démocratisation de l’accès à une eau de qualité et la réduction des disparités. A sa suite, M. Mansour Faye a eu droit à une présentation de l’infrastructure hydraulique par M. Abdou Diouf, Chef des Projets de la Zone Nord pour le compte de la SONES : un château d’eau de 500 mètres cube, accompagné d’un important volet extension du réseau.


viste a khor
viste a khor

CAPACITE DE STOCKAGE - Le château d’eau a son importance dans une ville où la demande ne cesse de croître. « Nouvelle figure emblématique de la commune, il a permis d’augmenter la capacité de stockage pour sécuriser l’alimentation en eau potable de Dahra », a dit M. Faye.


ELIMINATION DES DISPARITES - Me Amadou Kâ, Président du Conseil départemental, Mingué Lam, député, Mame Ngoné Dioum ont salué les changements qualitatifs dans l’accès l’eau potable dans la ville. L’Etat du Sénégal va poursuivre sa politique d’élimination des disparités. «L’égalité des chances est une vertu républicaine qui s’applique bien à l’Hydraulique dans son ensemble. Chaque forage et chaque château d’eau sont un facteur d’amélioration du quotidien », a-t-il estimé, en félicitant le Directeur général de la SONES, M. Charles Fall qu’il a ensuite invité à continuer la politique de construction d’infrastructures, conformément au Plan d’Investissements.


NOUVEAU FORAGE, EXTENSIONS DE RESEAU, BRANCHEMENTS SOCIAUX. Un nouveau forage de la SONES permet à une centaine de villages d’avoir accès à l’eau potable. Situé sur la Nationale, une vingtaine de kilomètres après Louga en allant vers Saint-Louis, Ndiock Sall a étrenné, vendredi 6 novembre 2015, cet ouvrage qui couvre un rayon de plus de cent villages dans l’axe Ndiock Sall, Mpal, Fass, Rao et Ngandiol.



UNE PRODUCTION DE 4800 M3/J - C’est le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Monsieur Mansour Faye, qui a procédé à l’inauguration du nouvel ouvrage, aux côtés de M. Charles Fall, Directeur Général de la SONES et des autorités administratives et municipales de Louga, Ngueune Sarr et Sakal. C’est une nouvelle séquence pour l’accès à l’eau potable dans la zone, a souligné le ministre. « Pendant de longues années, le nom de Ndiock Sall a été lié aux problèmes d’approvisionnement en eau potable. Cette cérémonie d’inauguration du forage équipé de Ndiock Sall revêt donc une très grande signification pour la République car, en injectant dans le réseau une production additionnelle de 200 m3/h, soit 4800 m3/j, le forage de Ndiock Sall assure l’approvisionnement en eau pour un montant global de 227 millions de CFA dont 130 millions pour l’équipement. »


viste a khor

« MERCI POUR CET OUVRAGE » - Le maire de Ngueune Sarr, M. Ibrahima Top, s’est félicité des efforts consentis par l’Etat du Sénégal, à travers la SONES, pour assurer une desserte correcte de l’eau potable. Dans leurs témoignages, les populations ont mis l’accent sur l’amélioration de leur quotidien. Porte-voix des notables présents sur les lieux, El Hadj Niang a exprimé sa satisfaction en ces termes : « Merci pour cet ouvrage qui change nos conditions d’accès à la ressource. Nous vous invitons à persévérer pour que les autres demandes, liées aux branchements sociaux et aux compteurs divisionnaires soient diligentées. » Représentant des jeunes, Ibrahima Ndiaye a félicité le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement et la SONES pour la qualité du travail. Il a soumis la doléance de ses mandats : de l’eau pour le maraîchage, dans le cadre de la lutte contre le chômage.


REPONSES AUX DOLEANCES - En guise de réponse, le ministre a révélé que pas moins de 88 branchements sociaux seront réservés à Ndiock Sall. La SONES se chargera de matérialiser cet engagement de l’Etat. Ensuite, il a estimé que le maraîchage est une priorité des pouvoirs publics. Cependant, il a précisé que l’eau ne proviendrait pas forcément du forage qui venait d’être inauguré. Dans un schéma plus global, la déconnexion des forages de Thiaroye pourrait régler le problème. Pour les compteurs divisionnaires, M. Mansour Faye a invité les populations à attendre les conclusions d’une inspection technique de ses services et directions.

Plan de Passation 2016

OMD
Le Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), agissant au nom et pour le compte de ladite société, exécute, au titre de la Gestion du Budget 2016, sur fonds propres (Budget de Fonctionnement, d’Equipement et d’Investissement) et sur financements extérieurs (AFD-BEI-BADIDA-BID-JICA), un programme de passation de marchés publics.

Telecharger le document Plan de passation SONES 2016OMD

Quand l'eau am?liore le quotidien de S?n?galais

INTEGRATION DE LA DIMENSION SOCIALE

    La condition sociale et la distance ne sont pas des freins à la démocratisation de l’accès à l’eau potable. La Société nationale des eaux du Sénégal (SONES) intègre ces facteurs dans ses modes d’intervention, au titre des extensions de réseau comme des branchements sociaux. A ce jour, 195.000 branchements sociaux sont réalisés et 35.000 branchements sociaux supplémentaires sont prévus en 2015 pour étendre l’accès à l’eau potable aux populations les plus démunies.

L’eau est une ressource essentielle dans le développement durable. Elle est un droit pour chaque individu sur la planète quelle que soit sa position sociale, sa race ou sa situation géographique. Pour cela, la communauté internationale s’est mobilisée depuis 2000 pour un accès à l’eau pour tous. Les pénuries interpellent les gouvernants dans un contexte marqué par la pression démographique sur les ressources disponibles, l’urbanisation, la mauvaise affectation des ressources, la dégradation de l’environnement et la mauvaise gestion des ressources en eau. La distribution de l'eau potable dans la préservation des exigences de qualité́, de durabilité et de sécurité́ est également un enjeu majeur du développement durable.

    Le Sénégal prend en charge ces défis dans le CODE DE L’EAU (Loi n° 81-13 du 4 mars 1981) puis dans les Objectifs du Développement durable. D’ailleurs, notre pays a atteint le taux de 98% d’accès l’eau potable avant l’échéance de 2015. Notre pays assure également, à travers la SONES, le suivi des Plans d’actions de la Lettre de Politique sectorielle (Transfert de l’activité exploitation à SDE ; Négociations avec le Fermier et dettes croisées ; Mise en œuvre des Programmes de contrôle ; Mise en œuvre des audits contractuels ; Validation annuelle de la grille des indicateurs de performance de l’exploitation.

Certaines couches de la population éprouvent des difficultés à avoir accès au réseau. Elles n’en ont pas les moyens. Grâce au programme des branchements sociaux, les contraintes de condition sociale levées. Ce programme permet à des Sénégalais de condition modeste d’avoir accès au réseau pour 0 Franc Cfa alors que le coût moyen dépasse 100.000 francs Cfa. A ce jour, 195.000 branchements sociaux sont réalisés.

    130.000 branchements sociaux ont été réalisés, de même que 1500 bornes fontaines ; 35.000 branchements sociaux supplémentaires sont prévus en 2015 pour étendre l’accès à l’eau potable aux populations les plus démunies. Dans le cadre de KMS3, 85.000 branchements sociaux seront réalisés. Il y a également l’extension du réseau dans les quartiers défavorisés. De nouveaux lotissements se font dans les extensions de Dakar. Un programme de 3 milliards Cfa a permis de connecter de nouveaux quartiers au réseau dans la zone de Niacoulrab,Tivaouane Peul, Niaga, etc.

L??preuve de cr?dibilit? et de solvabilit? avec les bailleurs

RECHERCHE ET PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS
    Mobiliser des fonds est une épreuve de crédibilité à laquelle la SONES se soumet, dans ses relations avec les bailleurs. Pertinence, transparence et impact social sont les maître-mots de cette stratégie.

La réforme de 1995 a posé un cadre de performance pour augmenter les capacités financières du sous-secteur de l’Hydraulique urbaine et renforcer les moyens d’intervention. Dans ce nouveau cadre institutionnel, la SONES s’est vu confier la responsabilité du patrimoine : recherche de financements, planification des investissements, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre des travaux d’extension et de renouvellement de l’infrastructure ; contrôle de la qualité de l’exploitation du service public de l’eau potable en zone urbaine et périurbaine délégué par l’Etat du Sénégal à un opérateur privée ; la sensibilisation du public.

    Pendant ce temps, il existe une disproportion entre les ressources et la demande. La demande évolue, proportionnellement aux données démographiques et aux activités économiques. Pour valoriser le formidable capital humain et répondre aux besoins des citoyens sénégalais, le secteur de l’Hydraulique urbaine a besoin d’importantes ressources financières. La feuille de route est fixée par les autorités, notamment le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement : booster les investissements ; rattraper les retards ; assurer la disponibilité en eau potable pour les populations des centres urbains jusqu’à l’horizon 2035.

La réussite de cette mission dépend de la capacité de la SONES à mobiliser des fonds. Elle se tourne vers des partenaires : Agence Française de Développement ; Banque Mondiale ; Banque africaine de Développement ; Coopération Allemande (KFW) ; la JICA ; Banque Européenne d’Investissement ; la BOAD ; la CBAO. Les investissements relèvent de facteurs suivants : la pertinence des options stratégiques ; leur impact sur la qualité de vie ; la crédibilité de la gouvernance financière. La planification et la pertinence des projets sont donc des gages de confiance.

    La SONES a élaboré une vision claire des enjeux et défini un plan d’investissements. Le secteur privé est un partenaire stratégique dans la mise en œuvre des projets. Dans ce schéma, la SONES continue de bénéficier de la confiance des bailleurs de fonds. L’Agence Française de Développement s’est illustrée lors de la crise de l’eau en 2013. La Banque mondiale concourt à la réalisation du PEAMU (Programme Eau et Assainissement en milieu urbain). La Banque Islamique de Développement et de la Banque Africaine de Développement manifestent leur intérêt pour le financement du Projet de KMS3. La JICA a bouclé, en septembre 2015, avec la SONES, une mission de pré-évaluation du projet d’usine de dessalement des Mamelles.

Branchements Sociaux

Dans le cadre de sa politique de lutte contre la pauvreté la SONES a initié un vaste programme de branchement sociaux pour faciliter l'accés à l'eau des populations pauvres par branchement particulier.
Ce programme a permis la réalisation de plus de 153 000 BS de 1996 à 2009 à travers divers projet dans tous les centres affermés.


Années Réalisations (Unité)
1996 5438
1997 4808
1998 4279
1999 9679
2000 6831
2001 20034
2002 14534
2003 15279
2004 14237
2005 21635
2006 11284
2007 10000
2008 8305
2009 6264

Sensibilisation







Les gestes les plus simples sont les plus économiques

L'eau est notre ressource la plus précieuse, elle est nécessaire pour toute vie et devrait être conservée, évaluée et protégée. Une eau pure vous donne 10 gestes pratiques et simples à mettre en place chez soi pour des économies d'eau, d'énergie et d'argent.

Rappelez-vous d'arrêter le robinet lorsque vous vous brossez les dents – les pertes courantes d'un robinet sont de plus de 6 litres par minute. Si la population adulte entière de France faisait ceci, nous pourrions épargner 180 000 litres d’eau par jour assez pour fournir presque 500.000 maisons.

Un robinet qui s’égoutte gaspille au moins 5.500 litres d'eau par année - 5.500 litres d'eau est assez d'eau gaspillée qui pourrait servir à remplir une petite piscine de barbotage chaque semaine pour tout le été. N’hésitez pas à réparer la rondelle d'étanchéité de votre robinet, elle pourra vous faire des économies de plusieurs euros par an. Nous conseillons également l'utilisation de bassines dans les éviers, utile lorsqu'on se lave les mains, ou tout autres utilisations quotidiennes. Economiser l'eau en faisant la vaisselle : Faire la vaisselle à la main utilise typiquement environ 63 litres par lavage – Si de plus les plats sont rincés sous un robinet on peut estimer que toute l'eau utilisée se comptabilisera autour de 150 litres. En comparaison, un lave-vaisselle moderne peut employer jusqu’à 15 litres d'eau par cycle. Mais assurez-vous que vous remplissez bien le lave-vaisselle ou vous gaspillerez bien plus que si vous l’aviez fait à la main. Si vous cherchez actuellement un nouveau lave-vaisselle, penchée vous sur l'efficacité énergétique 'A' ; ces machines ont été évaluées et gaspillent normalement moins d’eau. Si vous jetez un œil sur l’étiquette énergétique il est réellement indiqué combien d'eau la machine emploie, alors soyez attentif !

Un bain peut utiliser beaucoup d'eau (plus de 100 litres !). Tandis qu'une douche emploie seulement un tiers de cette quantité. Mais prenez garde puisque certaines nouvelles douches assez "puissante" verse beaucoup plus d'eau et peuvent utiliser davantage d'eau qu'un bain si vous vous douchez pendant plus de 5 minutes. Il est possible également d'installer un système de récupération eau de pluie pour l'utiliser dans votre jardin.

Avant de mettre en marche votre machine à laver le linge, attendez un chargement complet. Et oui, c'est peut-être très simple à comprendre et pourtant très peu utilisé dans la pratique. L'utilisation d'un chargement complet utilise moins d'eau que deux demi machines à laver le linge. Soit une économie d'énergie et d'eau. Exactement comme pour les lave-vaisselle, choisissez une machine à laver marquée d'un 'A'. L'efficacité énergétique tend à être plus efficace, utilisant moins d'eau pour un même résultat.

Si vous buvez l'eau du robinet, remplissez une cruche avec l'eau du robinet et laissez-la se refroidir dans votre réfrigérateur avant de la consommer. De cette façon vous n'attendrez pas à chaque fois d'avoir de l'eau froide au robinet pour obtenir une boisson fraîche.

Plutôt que de laver votre voiture avec un tuyau flexible, utilisez un seau et une éponge à la place. Encore mieux, remplissez votre seau d'eau provenant d'une eau de pluie récupérée par une cuve eau de pluie au fon du jardin. 30 minutes d'utilisation d'un un tuyau flexible utilise plus d'eau que la consommation moyenne d'une famille par jour.

Autour d'un quart de notre eau potable et consommable est utilisé pour rincer nos toilettes. Parfois c'est jusqu'à 40% de la consommation moyenne d'un ménage. Il est important de s'y intéresser. Il est donc préférable d'avoir des toilettes ayant une chasse d'eau à double débit (petite et grosse commission). Il peut être intéressant de se pencher sur les économiseurs d'eau pour WC également.

Nous conseillons de laver vos fruits et vos légumes dans une bassine plutôt que sous le robinet, vous pourriez réduire l'utilisation de votre eau sans effort. Un petit truc en plus : utilisez cet eau pour les plantes de la maison ou de votre appartement !

On est tellement bien sous sa douche qu'on pourrait y rester des heures. Utilisez un temporisateur / minuteur de douche électronique. A ce moment la vous prendrez conscience du nombre de heures que vous dépensez dans la douche. Essayez de prendre des douches plus courtes pour réduire la quantité d'eau que vous employez.

Avis Général Passation des marchés SONES 2016

REPUBLIQUE DU SENEGAL

MINISTERE DE L’HYDRAULIQUE ET DE L’ASSAINISSEMENT

SOCIETE NATIONALE DES EAUX DU SENEGAL

AVIS GENERAL DE PASSATION DES MARCHES – BUDGET 2016

1. Le Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), agissant au nom et pour le compte de ladite société, exécute, au titre de la Gestion du Budget 2016, sur fonds propres (Budget de Fonctionnement, d’Equipement et d’Investissement) et sur financements extérieurs (AFD-BEI-BADIDA-BID-JICA), un programme de passation de marchés publics.

2. Les acquisitions, par voie d’appels d’offres concernant les domaines suivants :

Travaux

  • Travaux de réhabilitation et/ou réalisation de forages dans le périmètre affermé
  • Travaux de construction d’une station de traitement du fluorure et du chlorure dans la ville de Kaolack, sur le site de Darou Rahmati
  • Travaux de construction d’une station de traitement du fluorure et du chlorure dans la ville de Kaolack, sur le site de Bongré
  • Travaux de renforcement de la protection Anti-bélier de l'usine de traitement de KMS
  • Travaux de fourniture et pose de groupe électrogène à Dakar et dans les centres secondaires
  • Travaux de conception et construction d’une usine de traitement et de pompage d’eau potable à Keur Momar Sarr
  • Travaux de fourniture et pose d’une canalisation en fonte DN 1500 mm d’eau potable entre Keur Momar Sarr (PK 0) et Mékhe (PK 113)
  • Travaux de fourniture et pose d’une canalisation en fonte DN 1500 mm d’eau potable entre le PK 113 et le PK 129
  • Travaux de fourniture et pose d’une canalisation en fonte DN 1100 à DN 1600 mm d’eau potable entre le PK 129 (aval Mékhé) et le PK 216 (Point k)
  • Contrôle et supervision des travaux de construction d’une 3ème usine de traitement à Keur Momar Sarr et ses renforcements en aval (conduite (PK 0) et Mékhe (PK 113)
  • Travaux de fourniture et pose d’une ligne HT90 kV entre Sakal et KMS
  • Travaux de renouvellement de la conduite de distribution du Réservoir Point Y
  • Travaux de réalisation de sept (07) forages dans la zone de TASSETTE
  • Travaux d’Equipement et d’Aménagement de sept (07) forages et de construction d’une station de pompage y compris bâche de 500 m3 et canalisations Fte DN 150 pour connexion forages-bâche dans la zone de TASSETTE
  • Travaux de construction d'un réservoir de 20.000 m3 (2 x 10.000 m3) à Thiès Sud
  • Travaux de Fourniture et Pose d’une canalisation de transfert FTE DN 600 de Tassette vers Thiès et d’une canalisation de liaison FTE DN 800 entre les réservoirs Nord (existant) et Sud de Thiès
  • Travaux de Fourniture et Pose de la conduite DN700 TFE pour l'adduction MBOUR-MBODIENE, 7350 ml en DN200 FTE pour le raccordement des forages et 275 ml DN400 FTE pour le raccordement du CE de MBODIENE à la conduite existante de Joal en DN250
  • Travaux de construction des château d’eau de MBODIENE, NGUEKHOKH et POINTE SARENE et la fourniture et la pose de la conduite de raccordement du CE de POINTE SARENE à la conduite FTE DN700
  • Travaux de réalisation du mur de clôture volet 2
Fournitures et Services courants
  • Acquisition de matériels de transport au profit de la SONES
  • Gardiennage des locaux
  • Nettoiement des locaux
  • Acquisition d'un ascenseur
  • Acquisition de cadeaux d'entreprises
  • Restauration du personnel de la SONES
  • Acquisition et installation de vidéosurveillance & vidéoconférence
  • Fourniture matériels informatiques
  • Assurance maladie au profit du personnel
    Services de consultants
  • Contrôle et supervision des travaux de construction d’une 3ème usine de traitement à Keur Momar Sarr et ses renforcements en aval (conduite (PK 0) et Mékhé (PK 113)
  • Contrôle et supervision des travaux de fourniture et pose de d’une canalisation en fonte DN 1500 mm d’eau potable entre le PK 113 et le PK 129
  • Contrôle et supervision des travaux de fourniture et pose de d’une canalisation en fonte DN 1100 à DN 1600 mm d’eau potable entre le PK 129 (aval Mékhé) et le PK 216 (Point k)
  • Sélection d'un consultant pour le choix d'un mode de gestion des infrastructures du PDMAS
  • Supervision et contrôle des travaux de renforcement de l’AEP de Pointe SARENE
  • Sélection d'un consultant pour la mission de maîtrise d'œuvre complète du projet de dessalement d'eau de mer aux Mamelles
  • Recrutement d'un consultant pour la réalisation des études d'exécution pour l'extension de l'usine de traitement de KMS3
  • Recrutement d'un consultant pour la réalisation des études d’exécution et assistante aux appels d’offres de la ligne HT 90 Kv de KMS
  • Sélection d'un consultant en vue de l'actualisation, études APD et DAO du renouvellement de la conduite de distribution du réservoir du Point Y
  • Recrutement d'un consultant pour l'Assistante technique pour le projet de dessalement d’eau de mer sur la Grande Côte en PPP
  • Recrutement d'un consultant pour la réalisation des études de mise en place de réservoirs stratégiques à Dakar

    3. Les avis spécifiques de passation de marchés seront publiés à partir du mois de janvier dans les journaux locaux de grande diffusion et les sites web suivants: www.marchespublics.sn; www.afd.dgmarket.com ; www.undb.org ; www.sones.sn

    4. Les marchés seront passés conformément aux dispositions du décret 2014-1212 du 22 septembre 2014 portant Code des Marchés Publics du Sénégal et des Directives en matière de passation des marchés des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

    5. Les soumissionnaires potentiels :
    i) entrepreneurs de travaux,
    ii) fournisseurs de biens & équipements,
    iii) prestataires de services intellectuels (consultants), qualifiés et satisfaisant aux critères d’éligibilité, sont priés de manifester leur intérêt à la SONES à l’adresse ci-dessous :

    Cellule de Passation et de Suivi des Marchés Siège de la SONES, Route du Front de Terre, Hann – Dakar Pièce A2-13 – 2ème étage – Bâtiment A Tél : +221 33 839 78 64 – +221 33 839 78 19 Fax : +221 33 832 20 38 E-mail : dtine@sones.sn et faire copie à l’adresse : charles.fall@sones.sn 6. Toute demande de renseignements complémentaire devra être envoyée à l’adresse susmentionnée :

    LE DIRECTEUR GENERAL
    CHARLES FALL
  • Nous Contacter !


    Nous écrire

    Avis 1

    viste du ministre mansour!

    Avis 2

    viste du ministre mansour!

    Avis 3

    viste du ministre mansour!

    Avis 4

    viste du ministre mansour!